Syberia: The World Before (AVIS)

Tout d’abord Sybéria c’est quoi ?

Syberia est une franchise de jeux d’aventures graphiques créée par le dessinateur belge de bandes dessinées et développeur de jeux vidéo Benoît Sokal. Développé et édité par Microïds, il est sorti en 2002. On y retrouve Kate Walkers, une jeune femme américaine qui va se retrouver embarquer dans un voyage aussi magnifique que captivant. Avec des notes poétiques, on se laisse entrainer avec plaisirs. Peu fan des point of clic, celui ci à su me prendre du premier opus jusqu’au 4iem, Sybéria, the world béfore.

Syberia: The World Before

Ce quatrième volet je l’attendais avec impatience, j’ai dévorer le 3 en 48 heures à peine et je voulais absolument retrouver kate pour poursuivre l’aventure. On retrouve la belle américaine prisonnière dans une mine de Russie suite aux évènements du 3 que vous connaissez si vous êtes un adepte de la série. Le but premier est de fuir avec votre compagne de cellule et amie.  Mais voilà, au moment de partir vous découvrez une photographie troublante. Une jeune femme prise en photo en 1937 qui vous ressemble étrangement. Inconnue au bataillon vous faites la promesse à votre amie de découvrir qui elle est, alors qu’elle meurt en tentent de fuir à vos côtés.

Vous vous retrouvez alors à Vaghen et alterner entre 2005 avec kate et 1937 avec cette mystérieuse jeune femme : Dana rose. Voilà tous ce que vous savez d’elle.
Son nom et son prénom. Qui est-elle ? quelle est le lien entre la boite à musique donner par votre mère lors de votre enfance à new-york et l’hymne de Vaghen ? Qui est Léon ? ce mystérieux jeune homme qui semble avoir un lien si particulier avec la jeune rose ?

Tant de questions et peu de réponses. Il vous faudra les découvrir au travers d’intrigues, de casses têtes et d’enquêtes qui fond l’identité de sybéria depuis le tout premier opus. On retrouve avec plaisirs les gadgets Voralberg et Oscar, notre fidèle automate.

Mon avis sur le jeux:

Une merveille. Les graphismes sont beau, la musique met bien en avant les émotions qui se dégagent des cinématiques et l’histoire est prenantes, belle et triste à la fois. Kate est une protagoniste avec qui on avance et on en apprend toujours plus sur elle, sa vie. J’ai souvent eu des doutes quant au dénouement mais ils on étés effacer habilement par le scénario bien ficeler. J’ai terminer le jeux en plus ou moins 20heures, mais je doit avouer que je n’ai pas fini touuuute les petites missions annexe, avide d’en savoir toujours plus sur la fameuse Dana 🙂

 

En conclusion ? Que-ce-que vous faites encore là à lire ça ?? hop hop ! allez donc y jouer !

 

Articles liés

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.